Truks en vrak

Accueil > 2011 > juillet > Lettre à Mr Juppé pour la reconnaissance de la Palestine

Lettre à Mr Juppé pour la reconnaissance de la Palestine

| akinorev31 | 3 juillet 2011

dimanche 3 juillet 2011

M. le Ministre Alain JUPPÉ

Ministère des Affaires Etrangères

37 quai d’Orsay

75351 PARIS CEDEX 07


Monsieur,


Monsieur le Ministre, nous sommes dans la minute d’avant
le drame. Dans cette minute de l’histoire où l’énorme se joue, où seul le
courage et la détermination peut infléchir le devenir. Nous sommes dans le
moment où chaque geste compte. J’espère votre geste à vous, qu’en cette minute
de lourde importance vous ferez écho à ce qui fut la grandeur du Général De
Gaulle. Aurez-vous l’audace d’aider à la Paix ?

Ce drame qui s’annonce, c’est au Moyen Orient qu’il
s’engage. Après 60ans de guerres et d’ espoirs de paix déçus nous parvenons à
l’ultime séquence pour une solution de moindres souffrances. Un nouveau recul
dans la reconnaissance de l’Etat de Palestine sonnerait le glas de l’espoir en
une justice. Depuis des années maintenant les négociations et les promesses
s’enchaînent pour ne devenir que des chaînes de désespoir et d’exaspération.

Les récentes années ont épuisé le temps des
tergiversations. Les palestiniens en sont réduits à un asservissements dans le
ghetto gazaouit, de se voir spoliés de terres de Cisjordanie, de voir colonisé
Jérusalem-est . 2000 « implantations » cette semaine dans un lâche
silence international !

Ainsi se diffuse un sentiment de droit à l’impunité et de
mépriser pour l’un, et le désespoir de l’injustice pour l’autre. L’ingrédient
explosif est là. Le sang guerrier se prépare à couler à flot.

Et le monde bouge. Le monde arabe bouge. Le monde
palestinien bouge. L’aspiration à la dignité est monté en vague puissante
depuis le printemps tunisien, rendant encore plus insupportable la conduite
coloniale et méprisante à l’égard du peuple palestinien. Une troisième intifada
s’annonce. Une intifada du désespoir. Une intifada différente des précédentes
où survivait le rêve d’un gouvernement israélien pouvant en revenir à la
reconnaissance des frontières de 67. Une intifada de la désespérance, du
sacrifice absolu. Une intifada de vies offertes en témoignage des souffrances
accumulées et de l’impossibilité de vivre et de rêver. Du sang offert pour
hurler à la face du monde.

Le sang s’annonce. Et Goliath ne pourra plus se faire passer
pour David. Et le rappel du martyr des ancêtres ne viendra plus atténuer la
sauvagerie des descendants.

Nous sommes parvenus à un point limite.

Sans l’espoir d’un acte ferme de reconnaissance de l’Etat
palestinien, sans l’espoir d’une intervention internationale pour contraindre
Israel au respect des frontières de 67, les armes les plus puissantes, les plus
cruelles, seront finalement submergées comme dans toutes les guerres
d’asservissement. Le sang coulerait comme jamais. Vous ne pouvez laisser
faire !

Demain, à l’ONU, la France doit
s’engager par votre voix, une voix énergique et entraînante, en faveur de la
reconnaissance de la Palestine, de ses frontières inaliénables. Frontières
inaliénables pour deux pays égaux en droits et en respect.

Les frontières de 67.

Ne peuvent conduire à la paix ni la conquête intégrale de
la Cisjordanie du projet de droite, ni le « partage » de la
Cisjordanie après de longues négociations, du projet de la gauche travailliste.

Deux pays, Israel et Palestine, pour la paix. Et pour la
paix, deux pays de citoyens.

L’ethnicisation n’est pas l’avenir du monde, ni de la paix.
Rien ne compromettrait plus l’avenir que l’établissement d’une suprématie d’une
partie des habitants sur les autres. Désigner un Etat comme juif, ou musulman,
ou chrétien, est non seulement rétrograde mais pourvoyeur d’affrontements.
Martin Luther King l’avait clamé aux USA, Nelson Mandela l’avait combattu en
Afrique du Sud, la Constitution de notre pays l’avait rejeté. Israel est la
nation de ses habitants, de tous ses habitants. Ces habitants doivent être
libres et égaux. Seul ce gouvernement de dérive fascisante a pu établir cette
indigne revendication. Céder à cette exigence est contribuer encore une fois à
la dérive vers un nationalisme fanatique, qui a peu à voir avec la culture
juive, et beaucoup avec l’extrême droite.

Je suis juif, et français. Et je tiens à ma nationalité. Que
penseraient les résistants juifs qui ont donné leur vie pour la liberté, qui se
sont engagés solidairement des autres résistants de leurs pays pour une
libération commune ? Accorder aux dirigeants israéliens actuels, fanatiques,
le droit de déclarer « juif » leur pays, c’est jeter aux orties notre
nationalité à nous, français juifs. C’est une insulte à ce que nous sommes.

Ne sacrifiez pas mon identité, notre
identité, pour satisfaire un pouvoir colonisateur. Ce serait déshonorer la
France en plus de renforcer un ressort guerrier.

Monsieur le ministre, je ne sais encore si vous pouvez
agréer toute ma sincère considération. Au delà de mes divergences j’avais pu
avoir ce sentiment positif à l’égard du Président Jacques Chirac. J’espère
ressentir ce même respect à votre égard parce que vous aurez su mettre tout le
poids de votre fonction dans le sens de la paix. Je ne peux ôter de mon esprit
que ceux qui par faiblesse, par lâcheté, auront laissé se développer les conditions
du drame, ceux là auront une tâche de sang sur la conscience. Monsieur, c’est
d’innombrables vies humaines dont il s’agit.

Serge Grossvak

entre autre signataire de l’appel « la Palestine c’est
maintenant »


Transmis par Paco
Sun, 03 Jul 2011 18:06:41 +0200


Voir en ligne : Lettre à Mr Juppé pour la reconnaissance de la Palestine

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.