Truks en vrak

Accueil > 2011 > Juin > Les stratégies et manœuvres officielles des États-Unis en Haïti

Les stratégies et manœuvres officielles des États-Unis en Haïti

Roger Annis | lautjournal.info | 6 juin 2011

mardi 7 juin 2011

Cette semaine, l’hebdomadaire Haïti Liberté entame la publication d’une série d’articles tirés de 1.918 câbles diplomatiques secrets à propos d’Haïti, provenant d’ambassades des États-Unis à travers le monde. Ils ont été obtenus par le groupe de défense de la transparence, WikiLeaks, et mis à la disposition d’Haïti Liberté www.haitiliberte.com.

Ces câbles couvrent une période de près de sept ans, du 17 avril 2003, dix mois avant le coup d’État du 29 février 2004, jusqu’au 28 février 2010, juste après le tremblement de terre du 12 janvier.

Ils sont classifiés « Secret », « Confidentiel », « Non classifié ». Ils lèvent le voile sur les stratégies et manœuvres officielles des États-Unis en Haïti durant les années du coup d’État (2004-2006) et la période postérieure à l’élection du président René Préval (2006-2010).

Nous y voyons l’obsession de Washington à vouloir maintenir Aristide hors d’Haïti et de l’hémisphère, sa fixation sur les bidonvilles en révolte tels que Cité Soleil et Bel Air, et son étroite supervision de la direction de la police haïtienne, de la sélection des agents, et des 9000 membres de la force d’occupation des Nations unies (MINUSTAH).

Des diplomates y font de candides réflexions au sujet d’autres ambassadeurs, de politiciens haïtiens, de membres du gouvernement et d’autres personnages publics : parfois édifiantes, parfois arrogantes, ou même tout à fait fausses.

Il en ressort une image montrant le degré d’entêtement de Washington pour parvenir à diriger économiquement et politiquement le premier pays souverain de l’Amérique latine, spécialement à la lumière du coup d’État de 2004, mais aussi la fière résistance du peuple haïtien.

L’article de cette semaine examine comment Washington et les compagnies pétrolières des États-Unis ont cherché à saboter la mise en œuvre de l’accord pétrolier PetroCaribe entre le Venezuela et Haïti.
Les prochains articles montreront comment Washington a soutenu les propriétaires des industries d’assemblage contre la hausse du salaire minimum et leur militarisation de l’aide à Haïti après le tremblement de terre en 2010.

En novembre 2010, après avoir commencé à rendre publics les 251.287 câbles obtenus en provenance d’ambassades des États-Unis en les remettant à des quotidiens à grand tirage tels que le New York Times, le Guardian et Der Spiegel, WikiLeaks a choisi, à présent, des médias de plusieurs autres pays à qui confier les câbles concernant leur pays respectif.

Haïti Liberté s’honore de se voir confier par WikiLeaks la diffusion des câbles concernant Haïti et de faire équipe avec The Nation, pour la publication et la distribution de la version anglaise de la couverture d’Haïti Liberté.

Simultanément, les câbles paraîtront dans leur intégralité sur le site de WikiLeaks (www.wikileaks.ch) au fur et à mesure de leur publication.

En résumé, les câbles offrent beaucoup d’indices quant aux agissements de Washington en Haïti, du coup d’État paramilitaire par des forces spéciales en 2004 au coup d’État électoral qui a conduit à la présidence du néo-duvaliériste Michel Martelly en 2011.


Voir en ligne : Les stratégies et manœuvres officielles des États-Unis en Haïti

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.