Truks en vrak

Accueil > 2012 > Juin > Manifestations massives à Montréal et Québec : « Le peuple québécois, c’est (...)

Manifestations massives à Montréal et Québec : « Le peuple québécois, c’est nous ! »

Le Marxiste-Léniniste | cpcml.ca | samedi 23 juin 2012

dimanche 24 juin 2012

Le Marxiste-Léniniste


Manifestations massives à Montréal et Québec :
« Le peuple québécois, c’est nous ! »

Le Marxiste-Léniniste | cpcml.ca | samedi 23 juin 2012

Numéro 77 - 23 juin
2012

131e jour de la grève
étudiante



Montréal le 22 juin 2012

131e
jour
de la grève étudiante

Manifestations massives à
Montréal et Québec : « Le peuple
québécois, c’est nous ! »

Ce que les manifestants avaient à dire

La FEUQ explique son programme
d’été

La CLASSE mobilisera les gens dans les
régions pendant l’été


131e jour de la grève
étudiante

Manifestations massives à Montréal et Québec :
« Le peuple québécois, c’est nous ! »

Malgré le souhait à peine voilé de
Jean Charest et des médias l’appuyant à l’effet que
l’opposition à sa gouvernance « s’essouffle », les
étudiants et leurs alliés ont marqué le 131e jour
de la grève étudiante en descendant par dizaines et
dizaines de milliers dans les rues des villes de Québec et
Montréal.

Plus de 100 000 manifestants à Montréal et
plus de 10 000 à Québec ont réitéré
leur opposition à la hausse des frais de scolarité,
à la loi spéciale et à l’impunité
policière face aux violences contre les manifestants et
exigé que le gouvernement Charest prenne ses
responsabilités face à la crise au Québec.
Voilà la réponse que les étudiants et
leurs alliés donnent à la prétention de Charest
d’imposer des politiques anti-peuple au nom du peuple du Québec.

Montréal

À Montréal, c’est près de 100 000
personnes qui ont marché de la Place du Canada jusqu’au parc
Jeanne-Mance.
















Québec

À Québec, plus de 10 000 personnes ont
participé à la plus grande manifestation dans cette ville
depuis le déclenchement de la grève. Ils s’étaient
donné rendez vous devant l’Assemblée nationale.

De nombreux travailleurs de la Fédération
des travailleurs du Québec et la Centrale de syndicats nationaux
étaient également présents.

Sur plusieurs bannières et pancartes on
retrouvait des slogans dénonçant le règlement
municipal adopté par le conseil municipal de Québec le 19
juin et qui vise à « encadrer » les manifestations.

« Aujourd’hui, le 22 juin, on
a une mauvaise
nouvelle, on est encore là », a lancé à la
foule en liesse le porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois.
« Comment les libéraux osent-ils parler de la juste part
des étudiants et des étudiantes, alors que des millions
de dollars par année disparaissent dans les affaires de
corruption libérales.
Qui dirige le Québec ? Les firmes de génie conseil ou le
peuple ? »

« On profite de la Saint-Jean-Baptiste et du 22,
qui est une espèce de journée symbole, pour se rassembler
et dire que ce gouvernement, on n’en veut plus », a ajouté
un des organisateurs, Hugo B. Lafresnière.

« Depuis des semaines, Jean Charest tente
d’installer un climat de peur au Québec. Il utilise les
mêmes méthodes que les conservateurs de Harper : faire la
taire la contestation par tout les moyens possibles afin d’enfoncer
dans la gorge de la population ces mesures de privatisation », a
déclaré Camille Robert, coporte-parole de la CLASSE.

En soirée, ils étaient près de 500.
Les participants ont emprunté les rues de la Côte
d’Abraham, la rue Saint-Jean, la rue Cartier, la Grande-Allée
pour finalement revenir devant l’Assemblée natioanle.

Des finissants de la Polyvalente de Charlebourg qui
quittaient l’hôtel où se déroulait leur bal de
finissants se sont joints à la foule.












(Photos : TML, A. Letarte, A.
Pichette, M. Hudema, N. Lachance, FECQ,, Twitter)


Voir en ligne : Manifestations massives à Montréal et Québec : « Le peuple québécois, c’est nous ! »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.