Truks en vrak

Accueil > 2011 > septembre > Cuba ne reconnaît pas le Conseil National de Transition en Libye

Cuba ne reconnaît pas le Conseil National de Transition en Libye

| cubadebate.cu | dimanche 4 septembre 2011

samedi 10 septembre 2011

Déclaration du Ministère Cubain des Affaires étrangères

Cuba ne reconnaît pas le Conseil National de Transition

Le Ministère Cubain des Affaires Étrangères a procédé au retrait de son personnel diplomatique de la Libye où l’intervention étrangère et l’agression militaire de l’OTAN ont aggravé le conflit et ont empêché le peuple libyen d’avancer vers une solution négociée et pacifique en plein exercice de son autodétermination.

La République de Cuba ne reconnaît ni le Conseil National de Transition ni aucune autorité provisoire et elle ne reconnaîtra qu’un gouvernement constitué dans ce pays de façon légitime et sans intervention étrangère, par le biais de la volonté libre, souveraine et unique du peuple libyen frère.

L’Ambassadeur Víctor Ramírez Peña et le premier secrétaire Armando Pérez Suárez, accrédités à Tripoli, ont maintenu une conduite sans tache, strictement attachée à leur statut diplomatique. Ils ont couru des risques et ils ont accompagné le peuple libyen dans cette situation tragique. Ils ont été témoins directs des bombardements de l’OTAN contre des objectifs civils et de la mort de personnes innocentes.

Sous le prétexte grossier de la protection de civils, l’OTAN a assassiné des milliers d’entre eux ; elle a ignoré les initiatives constructives de l’Union Africaine et d’autres pays et elle a même violé les questionnables résolutions qu’elle a imposées au Conseil de Sécurité, en particulier avec les attaques contre des objectifs civils, avec le financement et la livraison d’armements à une partie, ainsi qu’avec le déploiement de personnel opératif et diplomatique sur le terrain.

Les Nations Unies ont ignoré la clameur de l’opinion publique internationale en faveur de la défense de la paix et elles se sont faites les complices d’une guerre de conquête, Les faits confirment les mises en garde lancées en temps opportun par le Commandant en Chef Fidel Castro Ruz et les dénonciations opportunes de Cuba à l’ONU. On sait mieux maintenant à quoi sert la dite « responsabilité de protéger » entre les mains des puissants.

Cuba proclame que rien ne peut justifier l’assassinat de personnes innocentes.

Le Ministère des Affaires étrangères réclame la cessation immédiate des bombardements de l’OTAN qui continuent à faucher des vies et il réaffirme qu’il est urgent que l’on permette au peuple libyen de trouver une solution pacifique et négociée, sans ingérence étrangère, en plein exercice de son droit inaliénable à l’indépendance et à l’autodétermination, à la souveraineté sur ses ressources naturelles et à l’intégrité territoriale de cette nation sœur.

Cuba dénonce que la conduite de l’OTAN a pour objectif de créer des conditions similaires pour une intervention en Syrie et elle réclame la fin de l’ingérence étrangère dans ce pays arabe. Elle appelle la communauté internationale à prévenir une nouvelle guerre ; elle appelle les Nations Unies à remplir leur devoir de sauvegarder la paix et elle appuie le droit du peuple syrien à l’indépendance et à l’autodétermination pleines.

La Havane, le 3 septembre 2011


l’info sur www.rtbf.be le dimanche 4 septembre 2011

Libye : Cuba ne reconnaît pas le conseil national de transition

Le gouvernement cubain a annoncé samedi qu’il ne reconnaissait pas le Conseil national de transition (CNT), issu de la rébellion libyenne, en attendant un gouvernement constitué de manière "légitime" et "sans intervention étrangère".

Cuba ne reconnaît ni le CNT ni "aucune autorité provisoire" en Libye et n’accordera sa reconnaissance diplomatique qu’à un gouvernement "légitime" constitué "à travers la volonté libre, souveraine et unique du peuple frère libyen", et "sans intervention étrangère", a déclaré le ministère cubain des Affaires étrangères dans un communiqué diffusé par les médias locaux.

Le ministère précise qu’il a retiré son personnel diplomatique de Libye, où, selon les autorités cubaines, "l’intervention étrangère et l’agression militaire de l’Otan ont aggravé" le conflit et "empêché le peuple libyen de trouver une solution négociée et pacifique" entre les rebelles et le régime du colonel Mouammar Kadhafi.

Les autorités cubaines accusent aussi l’ONU qui a voté une résolution autorisant l’Otan à intervenir en Libye, "sous le prétexte trompeur de la protection de civils", d’être le "complice d’une guerre de conquête".


Belga


Voir en ligne : Cuba ne reconnaît pas le Conseil National de Transition en Libye

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.